General Electric inquiète malgré un bénéfice et un chiffre d'affaires au-delà des attentes

vendredi 21 avril 2017 18h54
 

par Alwyn Scott

(Reuters) - General Electric a fait état vendredi d'un bénéfice et d'un chiffre d'affaires au premier trimestre supérieurs aux attentes des analystes mais le titre a reculé à Wall Street en raison des inquiétudes sur certaines de ses activités industrielles.

Le conglomérat industriel américain a enregistré pour ses activités industrielles un flux de trésorerie négatif de 1,6 milliard de dollars (1,49 milliard d'euros) sur les trois premiers mois de l'année alors qu'il prévoyait un "cash flow" négatif de seulement 600 millions de dollars.

Le groupe de Boston, dont l'activité va de la construction de centrales nucléaires au matériel médical, en passant par le ferroviaire et l'aéronautique, explique ce résultat par une hausse de 1,3 milliard de dollars de ses besoins en fonds de roulement et par le calendrier de ses facturations aux clients.

Le cash flow, considéré comme un indicateur de la performance d'exploitation de l'entreprise, est particulièrement surveillé par les investisseurs.

GE conserve toutefois l'espoir d'atteindre son objectif d'une génération de trésorerie de 12 milliards à 14 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année.

"Nous sommes de nouveau déçus par la faiblesse de la génération de trésorerie", écrit dans une note Nigel Coe, analyste de Morgan Stanley.

L'action GE cède 2,07% à 29,645 dollars à 16h25 GMT à Wall Street, plus forte baisse de l'indice Dow Jones (-0,06%) et principal contributeur au recul de 0,22% de l'indice Standard & Poor's-500.

Le titre GE a surperformé son secteur ces dernières semaines et cela pourrait le rendre "moins attractif dans le contexte actuel d'aversion au risque", commente Deane Dray, analyste de RBC Capital markets.   Suite...

 
General Electric a fait état vendredi d'un bénéfice et d'un chiffre d'affaires au premier trimestre supérieurs aux attentes des analystes mais le titre a reculé à Wall Street en raison des inquiétudes sur certaines de ses activités industrielles. /Photo prise le 20 avril 2017/REUTERS/Brian Snyder