Schlumberger s'attend à une pression des coûts sur ses marges

vendredi 21 avril 2017 17h28
 

par Arathy S Nair et Swetha Gopinath

(Reuters) - Schlumberger a prévenu vendredi que ses marges allaient être affectées dans les prochains mois par les coûts de remise en marche des équipements destinés à répondre au redressement de la demande des compagnies pétrolières en Amérique du Nord provoqué par la remontée des cours.

L'action a touché un creux de 11 mois à 73,18 dollars en réaction à cette annonce. Elle cédait encore 3,37% à 73,93 dollars vers 15h21 GMT à Wall Steet, l'une des plus fortes baisses de l'indice Standard & Poor's-500, lui-même en repli de 0,2% au même moment.

Après un effondrement pendant 18 mois, les cours du pétrole ont rebondi en 2016 et se sont stabilisés au-dessus de 50 dollars le baril, ce qui a relancé la production, notamment de schiste aux Etats-Unis, et soutenu la demande pour les services et les équipements pétroliers de Schlumberger et de ses concurrents.

Cette remise en marche des équipements a un coût, notamment pour les réparer le cas échéant, et nécessite de nouvelles embauches.

"Nous allons affronter des vents contraires avec les coûts de réactivation dans les mois à venir", a déclaré Paal Kibsgaard, directeur général du numéro un mondial du secteur parapétrolier, lors d'une conférence téléphonique après la publication des résultats du premier trimestre.

Schlumberger a enregistré un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 5,7% à 6,89 milliards de dollars (6,44 milliards d'euros) mais ses coûts d'activité ont augmenté plus rapidement, de 11,3%, à 6,08 milliards de dollars. Les analystes anticipaient en moyenne un CA de 6,96 milliards de dollars.

La marge d'exploitation imposable a reculé à 11% contre 13,8% un an plus tôt.

  Suite...

 
Schlumberger a prévenu vendredi que ses marges allaient être affectées dans les prochains mois par les coûts de remise en marche des équipements destinés à répondre au redressement de la demande des compagnies pétrolières en Amérique du Nord provoqué par la remontée des cours. /Photo d'archives/REUTERS/Richard Carson