Engie-RWE, un alliage industriel tentant pour ouvrir l'ère Macron

vendredi 19 mai 2017 19h04
 

par Jean-Baptiste Vey et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - La possible création par le français Engie et l'allemand RWE d'un géant de l'énergie pourrait esquisser la feuille de route industrielle d'Emmanuel Macron et illustrer sa volonté d'approfondir l'Europe par des actions rapides et concrètes.

Une telle alliance, susceptible de séduire l'aile droite de son gouvernement, permettrait en outre de doter l'ancien Gaz de France de compétences supplémentaires dans les énergies renouvelables, que la France s'est engagée à développer.

Selon des sources proches du dossier, l'un des schémas envisagés verrait Engie prendre une participation dans Innogy, filiale spécialisée dans la gestion des réseaux et les renouvelables de RWE, ce dernier devenant en retour actionnaire d'Engie.

L'opération entraînerait une dilution de la part de l'Etat, qui possède actuellement 28,65% du groupe français.

Discutée avant la présidentielle, ce rapprochement donnerait naissance à un "Airbus de l'énergie", un géant franco-allemand que les dirigeants français ont longtemps appelé de leurs voeux, en particulier le précédent chef de l'Etat, François Hollande.

"On s'oriente certainement vers une ère de coopération renforcée entre la France et l'Allemagne. Cela me paraît un bon point", souligne un spécialiste de ce genre de dossiers.

Plusieurs opérations de ce type ont eu lieu pendant le quinquennat de François Hollande, dont Emmanuel Macron fut le conseiller puis le ministre de l'Economie, notamment la fusion en 2015 entre le français Nexter et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) dans l'industrie de l'armement.

Le rachat en cours du constructeur automobile allemand Opel par PSA illustre également ce mouvement.   Suite...

 
La possible création par le français Engie et l'allemand RWE d'un géant de l'énergie pourrait esquisser la feuille de route industrielle d'Emmanuel Macron et illustrer sa volonté d'approfondir l'Europe par des actions rapides et concrètes. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen