Le tueur des Champs-Elysées avait déjà menacé des policiers

vendredi 21 avril 2017 20h13
 

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - L'homme qui a tué jeudi un policier sur les Champs-Elysées avait déjà menacé de s'en prendre aux forces de l'ordre et la section antiterroriste du Parquet de Paris avait ouvert une enquête sur lui en mars, a déclaré vendredi le procureur de la République.

Karim Cheurfi, 39 ans, né à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), connu pour de multiples actes de délinquance, a tiré peu avant 21h00 jeudi soir, avec un fusil d'assaut kalachnikov, sur un car de police et des policiers en faction devant l'office du tourisme turc, a précisé François Molins.

Il a tué un policier de deux balles dans la tête et en a blessés deux autres, avant d'être lui-même abattu.

"Il a ouvert le feu sur des policiers sachant qu'il allait se faire tuer par eux", estime une source proche de l'enquête.

Selon François Molins, il n'avait pas montré de "signe de radicalisation" en 14 ans de détention et n'était pas fiché S.

Les enquêteurs ont néanmoins retrouvé un message manuscrit "défendant la cause de Daech" (le groupe Etat islamique) près de son corps et un coran dans la voiture avec laquelle il est arrivé sur les Champs-Elysées.

Ils ont aussi trouvé dans le coffre un fusil à pompe, des munitions, deux grands couteaux de cuisine et un sécateur dan un sac de sport.

Selon une source judiciaire, les adresses de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de trois armureries et du commissariat de police de Lagny-sur-Marne, en Seine-et-Marne, département où il vivait, ont aussi été découverts.   Suite...

 
L'homme qui a tué jeudi un policier sur les Champs-Elysées avait déjà menacé de s'en prendre aux forces de l'ordre et la section antiterroriste du Parquet de Paris avait ouvert une enquête sur lui en mars, a déclaré vendredi le procureur de la République. /Photo prise le 20 avril 2017/REUTERS/Christian Hartmann