19 mai 2017 / 12:04 / dans 4 mois

A Gao, Macron appelle à "accélérer" la sécurisation du Sahel

Emmanuel Macron a confirmé vendredi l'engagement militaire de la France au Mali et au Sahel pour la sécurité de la région, évoquant une accélération des opérations contre les groupes djihadistes, lors d'une visite aux troupes françaises, à Gao. /Photo prise le 19 mai 2017/REUTERS/Christophe Petit Tesson

GAO, Mali (Reuters) - Cinq jours après son investiture officielle, Emmanuel Macron a confirmé vendredi lors d‘une visite au Mali l‘engagement militaire de la France dans le Sahel où le regain de violences et de tensions nécessite, selon lui, une accélération de la sécurisation des territoires face aux groupes djihadistes.

Le nouveau chef de l‘Etat, qui s‘était engagé à se rendre rapidement après son élection auprès des troupes françaises déployées sur des théâtres extérieurs, est arrivé dans la matinée à Gao, dans le nord du Mali, où sont basés quelque 1.600 soldats français de l‘opération antiterorriste Barkhane.

Accompagné de la ministre de la Défense Sylvie Goulard et du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, il a été accueilli par son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta avec lequel il a reçu les honneurs militaires des soldats français et maliens sous une soleil de plomb.

Au programme de cette visite de 6h30, survol de Gao en hélicoptère, briefing à huis clos et rencontre avec les forces spéciales, une manière pour Emmanuel Macron, premier président à ne pas avoir effectué de service militaire, de peaufiner son statut de chef des Armées.

“La détermination de la France sera complète à vos côtés pour la sécurité non seulement du Mali mais du Sahel, en continuant l‘engagement de nos forces (...), en continuant à nous engager aussi dans une feuille de route diplomatique et politique”, a-t-il dit lors d‘une conférence de presse au côté de son homologue malien.

IMPLIQUER DAVANTAGE L‘EUROPE

La France a lancé, sous la présidence de François Hollande, l‘opération Serval en janvier 2013 pour contrer l‘avancée de groupes armés qui menaçaient de s‘emparer de la capitale Bamako, opération qui a été remplacée en 2014 par l‘opération Barkhane qui couvre cinq pays de la région.

Si l‘intervention française a permis de chasser en grande partie les groupes armés, ces derniers conservent toujours “un pouvoir de nuisance” et ont multiplié ces derniers mois les attaques à l‘engin explosif contre les forces locales et internationales, notamment dans le Nord.

Début avril, un militaire du 6e régiment du génie d‘Angers a été tué dans une embuscade dans l‘est du Mali, près de la frontière avec le Burkina Faso, portant à 19 le nombre de soldats français tués dans la région depuis 2013.

“Il est indispensable aujourd‘hui que nous accélérions, nos forces armées s‘y donnent à plein mais nous devons accélérer” la sécurisation des territoires, a estimé Emmanuel Macron, qui a précisé qu‘il participerait au prochain sommet du G5 Sahel.

“Nous l‘avons bien vu durant ces derniers mois, les terroristes islamistes s‘organisent, se regroupent, sont en train de se fédérer et donc nous serons intraitables à l‘égard de ces derniers.”

“Ma volonté, dans le cadre de nos engagements en Afrique, sur le plan militaire, c‘est de faire davantage encore avec l‘Europe, c‘est de faire davantage avec l‘Allemagne” mais en regardant de façon pragmatique sous quelle forme chacun peut intervenir, a-t-il dit.

LA FRANCE EN PREMIÈRE LIGNE

La France continuera donc pour le compte de l‘Europe tout entière à contribuer à la sécurité du Mali mais d‘autres pays européens peuvent en faire davantage pour le développement, a-t-il ajouté, des propos qui font écho à ceux tenus par Jean-Yves Le Drian lors du précédent quinquennat.

Une semaine avant sa première rencontre avec Donald Trump, prévue jeudi en marge du sommet de l‘Otan, le chef de l‘Etat a assuré qu‘il ne “doutait pas de l‘engagement” des Etats-Unis à poursuivre la coopération militaire avec la France, notamment en Afrique.

“Les échanges récents qui se sont tenus entre nos conseillers diplomatiques, nos ministres, manifestent que les Etats-Unis ont envie de poursuivre cela”, a-t-il dit à la presse, soulignant que la coopération était la “condition d‘efficacité” des troupes des deux pays en la matière.

Au-delà du volet militaire et diplomatique, Emmanuel Macron a insisté sur la volonté de la France de contribuer au développement du Mali.

“Tout ce qui est fait sur le terrain serait éphémère si dans le même temps nous n’étions pas décidés (...) à investir dans les infrastructures, dans l’éducation dans la santé”, a-t-il souligné, rappelant le rôle de l‘Agence française de développement (AFD).

L‘amélioration des conditions de vie “est le meilleur antidote au développement du terrorisme islamiste”, a-t-il souligné.

Un avis partagé par son homologue malien qui a assuré que son pays travaillait “jour et nuit à éradiquer le fléau” du terrorisme.

“Nous avançons, soyons-en certains, et nous y arriverons”, a dit Ibrahim Boubakar Keïta. Mais “au-delà des victoires militaires, la victoire ultime passera nécessairement par l‘éducation et l‘emploi de jeunes nous y travaillons et nous savons que nous pouvons compter sur vous”, a-t-il dit à Emmanuel Macron.

avec Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below