L'Etat n'est pas là pour faire des miracles, dit Le Maire

vendredi 19 mai 2017 16h25
 

PARIS (Reuters) - L'Etat ne peut pas faire des miracles pour redresser les entreprises françaises en difficulté, a déclaré vendredi le nouveau ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, insistant sur le nécessaire sens des responsabilités des syndicats.

"Il faut dire la vérité, dire ce que nous pouvons faire ou ne pas faire", a-t-il dit sur le site du verrier Arc International (Pas-de-Calais), en pleine restructuration.

"Arc, c'est une partie importante du patrimoine industriel français", a-t-il dit mais l'Etat, dans ce genre de situation, "n'est pas là pour faire des miracles", son rôle étant de "soutenir toutes les initiatives prises par les entrepreneurs industriels pour les aider a trouver le financement".

Arc International, qui emploie 5.300 salariés, a fait l'objet d'un plan de redressement en mars 2015. Les repreneurs ont dû injecter 60 millions d'euros pour relancer son activité, somme à laquelle s'est ajoutée un apport de 50 millions d'euros de la part d'un consortium de fonds souverains. C'est Emmanuel Macron lui-même, qui était venu annoncer la nouvelle sur le site, en sa qualité de ministre de l'Economie.

Les actionnaires d'Arc International viennent d'injecter 35 millions d'euros afin de lui permettre de poursuivre ses investissements.

L'entreprise a réalisé, au premier trimestre, des résultats supérieurs à ceux des années précédentes, selon le ministère.

Pour Bruno Le Maire, les négociations ont joué un grand rôle dans cette remontée. "C'est parce que les syndicats ont été responsables, parce que les salariés sont exceptionnels de dévouement et de professionnalisme, que l'entreprise a aujourd'hui un bel avenir devant elle", a-t-il dit.

"Ici on a une solution (...). Il y a d'autres endroits en France où ça reste très difficile pour l'industrie française. On va se retrousser les manches et on va se battre."

(Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)

 
L'Etat ne peut pas faire des miracles pour redresser les entreprises françaises en difficulté, a déclaré vendredi le nouveau ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, insistant sur le nécessaire sens des responsabilités des syndicats. /Photo prise le 18 mai 2017/REUTERS/Charles Platiau