May 19, 2017 / 5:19 PM / 2 months ago

Macron ne risquera pas les vies des soldats français "pour rien"

3 MINUTES DE LECTURE

Emmanuel Macron, en visite auprès des troupes françaises au Mali, s'est engagé vendredi à ne pas risquer les vies des militaires "pour rien", tout en soulignant que l'engagement des forces armées à l'extérieur resterait de "haute intensité". /Photo prise le 19 mai 2017/Christophe Petit Tesson

GAO, Mali (Reuters) - Emmanuel Macron, en visite auprès des troupes françaises au Mali, s'est engagé vendredi à ne pas risquer les vies des militaires "pour rien", tout en soulignant que l'engagement des forces armées à l'extérieur resterait de "haute intensité".

Dans une adresse aux troupes sur la base de Gao, où quelque 1.600 soldats français sont déployés dans le cadre de l'opération Barkhane, le président s'est attaché à asseoir son statut de chef des armées, rendant un hommage solennel aux troupes françaises.

"Il n'est pas un seul Français qui ne sache que la sérénité de nos existences, la sécurité de nos enfants, les joies de chaque jour ont un prix. C'est celui de vos sacrifices", a-t-il déclaré, marquant sa volonté de poursuivre la lutte anti-terroriste au Sahel.

"Je serai pour nos armées un chef exigeant, lucide, toujours présent", a-t-il poursuivi aux côtés de la ministre des Armées, Sylvie Goulard, et de l'ex-ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, aujourd'hui aux Affaires étrangères.

"Je ne risquerai pas vos vies pour rien. Je respecterai les impératifs humains et techniques de l'outil militaire mais ma détermination dans l'action sera totale car la France porte des valeurs et des principes que le cours du monde met aujourd'hui en péril", a souligné Emmanuel Macron.

Un militaire du 6e régiment du génie d'Angers a été tué début avril dans une embuscade dans l'est du Mali, près de la frontière avec le Burkina Faso, portant à 19 le nombre de soldats français tués dans la région depuis 2013.

"Vous êtes plus que jamais nos sentinelles et notre rempart contre les débordements du terrorisme, de l'extrémisme, du fanatisme", a martelé le président français.

Il a réaffirmé son engagement à prendre en compte "avec la plus grande vigueur" les exigences des nouvelles conditions de combat dans la politique de Défense. Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis de porter le budget de la Défense à 2% du PIB en 2025.

Cette politique, a-t-il précisé, devra répondre "à vos attentes, notamment en termes de matériel, et vous permettre de mener à bien vos missions dans de bonnes conditions".

"Car le niveau de menace restera élevé et votre engagement restera de haute intensité, ici au Sahel comme sur les autres théâtres d'opération", a-t-il dit.

Marine Pennetier avec Sophie Louet à Paris, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below