December 7, 2018 / 7:17 AM / 6 days ago

La directrice financière de Huawei devant un tribunal de Vancouver

VANCOUVER/TORONTO (Reuters) - La directrice financière du groupe chinois Huawei, arrêtée le 1er décembre dernier au Canada, comparaît vendredi devant un tribunal de Vancouver pour une première audience consacrée à sa mise en liberté sous caution.

La directrice financière du groupe chinois Huawei Meng Wanzhou (photo), arrêtée le 1er décembre dernier au Canada, comparaît vendredi devant un tribunal de Vancouver pour une première audience consacrée à sa mise en liberté sous caution. /Photo d'archives/ REUTERS/Alexander Bibik

Agée de 46 ans, Meng Wanzhou, fille du fondateur du géant chinois des télécoms, a été interpellée à la demande des Etats-Unis qui réclament son extradition pour des motifs non révélés publiquement.

Son arrestation s’inscrit dans le cadre d’une enquête sur un système frauduleux destiné à violer les sanctions américaines contre l’Iran, ont dit à Reuters des sources au fait des investigations.

L’interpellation de Meng Wanzhou a provoqué jeudi un choc sur les marchés financiers mondiaux et alimenté les craintes d’une relance de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

A Washington, on fait savoir que Donald Trump n’a pas été informé par avance de cette décision, afin de prévenir tout soupçon de provocation américaine alors que les présidents des deux pays se sont donné samedi dernier, lors du sommet du G20, 90 jours pour parvenir à un accord commercial.

Peu de détails ont filtré du dossier réuni contre Meng, qui sera présenté devant la Cour suprême de Colombie-britannique.

Le ministère canadien de la Justice n’a fait aucun commentaire et la directrice financière de Huawei a obtenu que les éléments ou documents présentés devant le tribunal soient interdits de publication par les médias.

Les procureurs du Crown Counsel de Vancouver devraient plaider vendredi en faveur du maintien en détention de Meng Wanzhou en soulignant le risque qu’elle quitte le Canada.

Elle pourrait également être remise en liberté mais non sans verser une caution de plusieurs millions de dollars et renoncer à son passeport.

Si Meng décide de contester son extradition, l’affaire pourrait s’éterniser. Des experts juridiques citent le cas de Lai Changxing, un homme d’affaires chinois qui avait pris la fuite au Canada après son implication dans une affaire de corruption et qui a lutté pendant douze ans contre son extradition vers la Chine. Si elle ne conteste pas, Meng pourrait être transférée aux Etats-Unis dans un délai de quelques semaines.

Huawei a annoncé vendredi la nomination de son président Liang Hua au poste de directeur financier par intérim.

Julie Gordon, Anna Mehler Paperny; Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below