August 10, 2020 / 1:30 AM / a month ago

LEAD 4-Hong Kong-Arrestation du patron de presse et activiste Jimmy Lai

* Jimmy Lai arrêté sur la base de la nouvelle loi sécuritaire de Pékin

* Interpellations dans le sillage de sanctions US contre des responsables chinois et hongkongais

* L’Apple Daily continuera de paraître (Actualisé avec précisions et déclarations supplémentaires, § 5-9, 14 et 16-23)

par Greg Torode et James Pomfret

HONG KONG, 10 août (Reuters) - L’une des figures du mouvement pro-démocratie hongkongais, le patron de presse Jimmy Lai, a été arrêté lundi sur la base de la nouvelle loi de sécurité nationale, pour des soupçons de collusion avec des puissances étrangères, et une perquisition a été menée au siège de son journal Apple Daily.

L’arrestation de Jimmy Lai, âgé de 71 ans, intervient alors que Pékin veut réprimer l’opposition dans la région administrative spéciale chinoise, alimentant les craintes sur le respect des libertés promises à l’ancienne colonie britannique au moment de sa rétrocession en 1997.

Le magnat de la presse est l’un des plus fervents critiques de Pékin, qui a imposé fin juin une nouvelle loi de sécurité nationale décriée par les pays occidentaux.

Aux yeux de Steven Butler, coordinateur du programme de protection des journalistes en Asie, son interpellation “confirme les pires craintes” de voir la nouvelle loi “utilisée pour réprimer les avis critiques en faveur de la démocratie et restreindre la liberté de la presse”. Il a appelé à la libération de Jimmy Lai et à l’abandon de toute poursuite judiciaire éventuelle.

Ryan Law, rédacteur en chef d’Apple Daily, quotidien pro-démocratie qui publie également des enquêtes, a déclaré à Reuters que la perquisition ne l’intimiderait pas et que la rédaction continuerait comme si de rien n’était. Un cadre du journal, Chan Pui-man, a précisé qu’il serait publié mardi.

“Même si Apple Daily publiait une pile de feuilles blanches demain, nous irons en acheter un exemplaire”, a déclaré le jeune militant pro-démocratie Joshua Wong sur Twitter.

SEPT ARRESTATIONS

Les syndicats de Next Media ont dénoncé dans un communiqué “un incident extrêmement inhabituel et grave dans l’histoire de Hong Kong”, avec un impact “catastrophique” et souligné que les journalistes “resteraient à leur poste jusqu’à la dernière minute”.

La nouvelle loi de sécurité nationale pour Hong Kong est destinée selon la Chine à punir la subversion, le terrorisme, le séparatisme et la collusion avec des forces étrangères. Mais les activistes pro-démocratie voient dans le texte un outil de répression des libertés.

La police hongkongaise a annoncé avoir arrêté sept personnes pour des violations présumées de la nouvelle loi. Il s’agit de résidents locaux, âgés de 39 à 72 ans, a-t-elle indiqué, sans les nommer. Des arrestations supplémentaires sont envisagées, a ajouté la police.

Le journal Apple Daily a diffusé via sa page Facebook des images en direct montrant des dizaines de policiers entrer dans ses locaux et noter l’identité des personnes présentes.

Jimmy Lai a été arrêté à son domicile lundi matin, de même que l’un de ses fils - dont le restaurant, le Cafe Seasons a été perquisitionné par la suite - a rapporté le quotidien.

“HARCÈLEMENT”

La police de Hong Kong a précisé que la perquisition, menée par environ 200 agents disposant d’un mandat, s’était terminée en milieu d’après-midi. Vingt-cinq cartons de documents auraient été saisis.

Une source au sein du journal a déclaré que des cadres de l’entreprise avaient également été ciblés.

Dénonçant un “harcèlement pur et simple”, cette source a précisé que Jimmy Lai avait été arrêté en raison de soupçons de sédition, de fraude criminelle et de collusion avec des puissances étrangères.

L’arrestation de Jimmy Lai intervient alors que les Etats-Unis ont imposé vendredi des sanctions à l’encontre de la cheffe de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, et de huit responsables chinois et hongkongais, suscitant la réprobation de Pékin.

Hu Xijin, rédacteur du Global Times - un journal nationaliste publié par le Quotidien du Peuple, l’organe officiel du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir à Pékin - a estimé sur Twitter que l’arrestation de Jimmy Lai démontrait que Hong Kong “n’était pas intimidé” par ces sanctions.

De son côté, le Premier ministre taïwanais, Su Tseng-chang, a estimé que “la Chine ne devrait pas menacer Hong Kong de cette façon”.

Jimmy Lai s’est régulièrement rendu à Washington, où il s’est entretenu avec de hauts représentants de l’administration américaine dont le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, pour chercher du soutien en faveur de la démocratie à Hong Kong, ce qui lui a valu d’être considéré comme un “traître” par la Chine.

Il avait déjà été arrêté cette année pour rassemblement illégal, en rapport avec les manifestations de l’an dernier.

Avant lundi, les autorités hongkongaises avaient déjà arrêté 15 personnes dans le cadre de la nouvelle loi sécuritaire, parmi lesquelles des adolescents auxquels sont reprochés des publications sur les réseaux sociaux.

Avec Jessie Pang, Yanni Chow, Carol Mang, Noah Sin, Donny Kwok, Clare Jim et Marius Zaharia à Hong Kong et Yimou Lee à Taipei ; version française Jean Terzian et Myriam Rivet, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below