January 12, 2019 / 10:44 AM / 5 months ago

La coalition pro-Kabila reste majoritaire au parlement

KINSHASA (Reuters) - La coalition favorable au président sortant Joseph Kabila a remporté une majorité en sièges lors des élections législatives en République démocratique du Congo (RDC), contrebalançant la victoire d’un chef de file de l’opposition, Félix Tshisekedi, à la présidentielle, a déclaré samedi un haut responsable de la coalition, Adam Chalwe.

La coalition favorable au président sortant Joseph Kabila (photo) a remporté une majorité en sièges lors des élections législatives en République démocratique du Congo (RDC), contrebalançant la victoire d'un chef de file de l'opposition, Félix Tshisekedi, à la présidentielle, a déclaré samedi un haut responsable de la coalition, Adam Chalwe. /Photo prise le 30 décembre 2018/REUTERS/Baz Ratner

Il sera difficile pour Tshisekedi, au vu de ce résultat, de mettre en oeuvre ses promesses de campagne et de dissiper les accusations d’après lesquelles sa victoire, annoncée jeudi, serait en fait le fruit d’un accord négocié en coulisse, censé préserver l’influence de Joseph Kabila sur des ministères-clés comme sur les forces de sécurité.

Joseph Kabila doit quitter ses fonctions dans les jours à venir, après 18 ans au pouvoir, et il s’agira alors du premier transfert démocratique du pouvoir en 59 ans d’indépendance de la RDC. Joseph Kabila, qui ne pouvait se représenter l’an dernier en raison de la limitation du nombre de mandats consécutifs, a laissé entendre toutefois qu’il entendait rester en politique et qu’il pourrait briguer de nouveau la présidence en 2023.

Adam Chalwe, qui est secrétaire national du PPRD, parti de Kabila et plus importante formation au sein de la coalition FCC (Front commun pour le Congo), a indiqué à Reuters que les résultats annoncés par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) aux premières heures de samedi donnaient plus de 300 des 500 sièges de l’Assemblée nationale à des candidats du FCC.

Le FCC remporte la majorité en sièges aux élections du 30 décembre bien qu’Emmanuel Ramazani Shadary, son candidat à la présidentielle, disputée le même jour, se soit classé troisième avec 24% des suffrages, derrière deux opposants, Tshisekedi et Martin Fayulu.

Ce dernier, arrivé en deuxième position, conteste le résultat, affirmant l’avoir très largement emporté, avec plus de 60% des suffrages, et accusant le pouvoir d’avoir passé un accord pour que Félix Tshisekedi soit proclamé vainqueur.

Martin Fayulu a déposé un recours pour fraude devant la Cour constitutionnelle du Congo, a déclaré Eve Bazaiba, sa porte-parole de campagne.

Une cinquantaine de soldats de la Garde républicaine et de policiers avaient auparavant pris position autour de sa résidence, provoquant la fuite des dizaines de ses partisans qui s’étaient rassemblés sous ses fenêtres, a constaté un journaliste de Reuters.

Les résultats proclamés par la CENI “sortent de nulle part. Je demande un comptage manuel de tous les bulletins pour les trois élections (présidentielle, législatives et régionales)”, a déclaré Martin Fayulu.

La Cour constitutionnelle dipose de huit jours pour se prononcer sur le recours présenté par le candidat qui a dit s’attendre à un refus, la juridiction étant composée de magistrats nommés par Kabila.

Stanis Bujakera; Eric Faye pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below