March 15, 2019 / 10:49 AM / 2 months ago

Climat: La Grève scolaire mondiale débute en Océanie et en Asie

WELLINGTON/SYDNEY (Reuters) - Plusieurs dizaines de milliers de jeunes Australiens et Néo-zélandais ont donné vendredi le coup d’envoi d’une “grève scolaire mondiale” pour dénoncer l’inaction des pouvoirs publics face au réchauffement climatique.

Plusieurs dizaines de milliers de jeunes Australiens et Néo-zélandais ont donné vendredi le coup d'envoi d'une "grève scolaire mondiale" pour dénoncer l'inaction des pouvoirs publics face au réchauffement climatique. /Photo prise le 15 mars 2019/REUTERS/Sonali Paul

“Le changement climatique est pire que Voldemort”, pouvait-on lire sur le panneau brandi par un élève de Wellington, évoquant le sorcier maléfique de la saga Harry Potter. “Le niveau des océans s’élève, nous aussi”, clamait un autre vu à Sydney.

“Si nous ne faisons rien, ce seront nos vies qui seront affectées, pas celles des hommes politiques de 60 ans. Il faut agir !”, a lancé Callum Frith, un lycéen de 15 ans, qui défilait dans la métropole australienne.

Des élèves du monde entier doivent sécher les cours vendredi dans le cadre du mouvement lancé par Greta Thunberg. Depuis août, la jeune Suédoise se tient tous les vendredis devant le Parlement de Stockholm avec son panneau “grève scolaire pour le climat”.

La lycéenne, qui compte plus de 250.000 abonnés sur Twitter, a participé le 22 février à Paris au deuxième rassemblement français inspiré de son action et a été reçue par le président Emmanuel Macron.

Une soixantaine d’étudiants se sont rassemblés vendredi à Bangkok, notamment pour dénoncer la pollution due aux matières plastiques, dont la Thaïlande est l’une des premières sources.

“En tant que jeunes qui hériteront de la terre, nous nous réunissons ici pour exiger que le gouvernement coopère avec nous pour résoudre ces problèmes”, a déclaré Thiti Usanakul, membre du groupe d’étudiants Grin Green International.

Des représentants des manifestants doivent être reçus dans deux semaines au ministère des Richesses naturelles et de l’Environnement.

A Séoul, une centaine d’étudiants ont brandi des pancartes en carton recyclé portant des slogans tels que “Too Warm 4 School” (Trop chaud pour aller à l’école) et “Ne niez pas le changement climatique”.

“Je pense que l’éducation environnementale devrait être obligatoire à partir de l’école primaire”, a déclaré Bang Tae-ryung, un lycéen de 15 ans.

A Singapour, où la législation sur les rassemblements publics est très stricte, une campagne est prévue sur les réseaux sociaux.

Charlotte Greenfield à Wellington, Tom Westbrook à Sydney, Sonali Paul à Melbourne, Jane Chung et Yijin Kim à Seoul, Aradhana Aravindan à Singapour et Patpicha Tanakasempipat à Bangkok; Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below